L’histoire de la musique est une matière particulièrement riche et complexe, principalement du fait de ses caractéristiques : la difficulté tient d’abord à l’ancienneté de la musique, phénomène universel remontant à la Préhistoire, qui a donné lieu à la formation de traditions qui se sont développées séparément à travers le monde sur des millénaires. Il y a donc une multitude de très longues Histoires de la musique selon les cultures et civilisations. La musique occidentale (musique classique ou pop-rock au sens très large) ne prenant qu’au XVIe siècle l’allure de référence internationale, et encore très partiellement.

La difficulté vient également de la diversité des formes de musique au sein d’une même civilisation : musique savante, musique de l’élite, musique officielle, musique religieuse, musique populaire. Cela va de formes très élaborées à des formes populaires comme les berceuses. Un patrimoine culturel d’une diversité particulièrement large, contrairement à d’autres arts pratiqués de manière plus restreinte ou élitiste (littérature, théâtre…). Enfin, avec la musique, art de l’instant, se pose la question particulière des sources : l’absence de système de notation d’une partie de la musique mondiale, empêche de réellement connaître l’étendue de la musique du temps passé, la tradition n’en ayant probablement sauvé qu’un nombre limité.

La réalisation d’une synthèse universelle apparaissant très difficile car beaucoup d’Histoire de la musique traitent essentiellement de l’Histoire de la musique occidentale. Il n’est en général possible que de se référer aux ouvrages et articles spécialisés par civilisation ou par genre de musique.